Catégories
Droit et Justice

Il est temps pour un nouvel engagement fédéral sur l'incarcération des prisons rurales

Des décennies de désinvestissement dans la santé, l'éducation et d'autres services ont coïncidé avec des taux d'incarcération plus élevés, ce qui a entraîné des ressources publiques supplémentaires consacrées à l'application des lois et à l'incarcération. Cela a créé un cercle vicieux, avec le besoin accru de financer les systèmes carcéraux apparemment évident. Ensuite, lorsque les prisons locales remplissent leurs lits, les communautés «résolvent» trop souvent le problème apparent en construisant de plus grandes prisons, plutôt que de revoir les politiques et les pratiques qui ont conduit à davantage de personnes enfermées. L'histoire du comté de Hamblen illustre la dynamique des communautés et des États à travers le pays, et nous commençons à comprendre comment l'incarcération rurale est une cause – et pas seulement une conséquence – de l'ensemble plus large des crises dans ces régions.

Bien qu'une grande partie de ce processus se soit déroulée à travers des politiques et des budgets locaux et étatiques, les programmes fédéraux ont prêté main forte. En effet, un rapport de Vera en 2018 a révélé que le département américain de l'Agriculture (USDA) avait accordé plus de 350 millions de dollars de subventions et de prêts à faible taux d'intérêt à des projets de construction de prisons depuis 1996 (l'USDA a financé des projets supplémentaires depuis la publication de ce rapport, par exemple). exemple, dans le comté de Clay, au Tennessee, et dans le comté de Monroe et le comté de Fayette en Ohio.) Un prochain rapport Vera montrera comment d'autres agences fédérales injectent chaque année plus d'un milliard de dollars dans les budgets des prisons locales. Mais les prisons et les problèmes liés à la mise en état ont été pour la plupart laissés de côté dans les conversations sur la politique fédérale concernant la justice pénale.

Pour endiguer le flot de personnes qui franchissent la porte d'entrée de l'incarcération de masse, le leadership fédéral doit se renforcer. Au niveau le plus élémentaire, la politique fédérale doit rejeter le discours faux et contre-productif selon lequel les prisons sont économiquement avantageuses pour les collectivités. En effet, même si une prison crée quelques nouveaux emplois, ces institutions finissent par usurper une part croissante des coffres municipaux, et les décideurs fédéraux ne devraient jamais inciter ce genre de dommages à une communauté. À cette fin, il faudrait interdire aux agences fédérales d'encourager les agences locales à agrandir les prisons existantes, à construire de nouvelles installations ou à augmenter la capacité des prisons de quelque manière que ce soit.

Il est également peu logique de verser des dollars des agences fédérales dans des prisons sans coordination. Le gouvernement fédéral devrait plutôt adopter une stratégie globale de décarcération des prisons. Une telle stratégie devrait commencer par une analyse de l'ensemble des programmes fédéraux et des sources de financement affectant les prisons locales. Grâce à cette comptabilité, les décideurs peuvent prendre des décisions éclairées sur la façon d'utiliser le financement fédéral pour hiérarchiser les objectifs de réduction des populations carcérales et de création d'une véritable sécurité publique grâce aux soins de santé, à l'éducation, à la formation professionnelle et à d'autres investissements.

Le défi de l'incarcération des prisons rurales exige également de nouveaux programmes fédéraux. Ces programmes devraient inciter les juridictions locales à renoncer à la mise en liberté sous caution, à réduire les arrestations et les poursuites, à investir dans des alternatives communautaires à l'incarcération, à mettre en œuvre des initiatives de justice réparatrice qui mettent également l'accent sur les besoins et la guérison des survivants d'actes criminels, à éliminer les coûts inutiles et coûteux. des amendes et des frais, réduire les réadmissions en prison pour des infractions mineures (telles que des violations techniques des conditions de probation ou de libération conditionnelle) et fournir une assistance précoce à un avocat.

En fin de compte, les prisons resteront des entités locales qui nécessitent une attention locale. Pourtant, l'ampleur et la nature de la crise actuelle nécessitent une action et un leadership fédéraux. Les projecteurs et les ressources du gouvernement fédéral peuvent faire reculer cette vague d'incarcération rurale, et les collectivités peuvent être autorisées à investir en elles-mêmes pour faire des investissements à long terme qui mèneront à une force, une santé et une croissance réelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *